Skip to main content

Des aérosols stratophériques

La structure de ces particules et leur influence sur l'état de la stratosphère dépend de divers paramètres, et notamment de la température locale. Si celle-ci n'est pas trop basse (le seuil critique de température dépend du type de particules considérées, mais se situe habituellement aux alentours de -70 degrés Celcius), ces particules se présentent sous forme de fines goutelettes, que l'on les désigne encore par le nom d'aérosols stratosphériques.

Les aérosols stratosphériques sont constitués de fines particules en suspension dans l'air, principalement d'origine terrestre (éruptions volcaniques), mais aussi anthropogénique (avions) et cosmique (débris météoritiques).

Nuages stratosphériques polaires et perte d'ozone

Lorsque la température baisse au dessous de -80° C, comme c'est le cas en hiver au-dessus des pôles, les particules stratosphériques se transforment en minuscules cristaux de glace. On parle alors de nuages stratosphériques polaires.

Ce sont les réactions chimiques dans ces nuages qui entraînent une diminution de l'ozone à chaque printemps austral au dessus de l'Antarctique (trou d'ozone Antarctique).

En raison de leur état physique différent (liquide dans le premier cas, solide dans le deuxième), aérosols et nuages stratosphériques polaires ont des propriétés physico-chimiques très différentes.

Nuages stratosphériques polaires. Photo de Lamont Poole, NASA Langley Research Center