Skip to main content
2020-04-02

De nombreux articles et déclarations ont circulé sur les effets du Coronavirus sur la qualité de l'air, y compris de notre part (voir l'article sur la pollution d’NO2 en Chine). Nous aimerions penser que la qualité de l'air s'est considérablement améliorée depuis que nos vies ont été pratiquement arrêtées, mais, comme toujours, la réalité est complexe. Voici quelques faits scientifiques pour vous.

Certains types de pollution ne diminueront pas

Traffic
Crédit: Karolien Lefever

La forte diminution du trafic automobile et aérien due au confinement n'entraîne pas nécessairement une diminution aussi forte de la pollution de l’air. La pollution de l'air est composée de différents types de polluants : dioxyde d'azote, dioxyde de soufre et particules, entre autres. Les sources de ces polluants sont diverses, par exemple les processus industriels, la production d'énergie par des centrales au charbon, le trafic automobile ou même l'agriculture. Certaines de ces activités n'ont pas été arrêtées ou ralenties. Nous aurons toujours besoin de produire de la nourriture.

 

Le dioxyde d'azote devrait diminuer

Trucks
Source: pxhere

Nous nous attendons à une diminution du dioxyde d'azote (NO2), car la principale source de ce polluant dans les villes est la circulation automobile. En outre, le NO2 ne vit pas très longtemps dans l'air et ne peut pas être transporté très loin avant de réagir et disparaître. Cependant, la diminution ne sera pas si forte. Le NO2 est encore toujours produit en grande quantité, car il existe un type de trafic qui n'a pas cessé. Le Centre flamand de la circulation a enregistré à peu près la même quantité de camions sur les routes (voir article ci-dessous). Une augmentation a même été enregistrée le 16 mars, lorsque les gens ont commencé à accumuler de la nourriture, ce qui pourrait être dû au besoin de livraisons supplémentaires pour répondre à la demande.

 

La météo est importante

Weather
Source: iStock

Il est important de noter que les processus météorologiques jouent un rôle important dans la détermination de l'emplacement de la pollution et de la durée de son séjour dans l'air. Pensez aux alertes au smog lors des journées chaudes et ensoleillées, lorsqu'une grande quantité d'ozone est produite en raison de réactions chimiques, activées par la lumière du soleil ; ou lors des journées froides d'hiver avec peu de vent, lorsque nous consommons beaucoup d'énergie pour nous chauffer et que la pollution qui en résulte n'est pas évacuée par le vent.

 

Les satellites sont une technologie complexe

Sentinel 5P
Le satellite Sentinel-5P. Crédit: ESA

Un autre point à souligner est que les mesures et les estimations avec les instruments satellitaires, comme TROPOMI à bord du satellite Sentinel-5P, ne sont pas aussi simples qu'on pourrait le croire. Les scientifiques doivent être très prudents avant de tirer des conclusions à partir de leurs données satellitaires (lire cet article sur les observations par satellite de Copernicus pour plus d'informations), et cela peut prendre du temps.

 

Des conclusions valides prennent du temps

Tropomi spectral range
Crédit: ESA

Dans tous les cas, qu'il y ait une épidémie mondiale ou non, les scientifiques surveillent toujours les différents types de pollution atmosphérique, tant au niveau local que par télédétection à l'aide de satellites. En raison de la complexité de tous les processus mentionnés ci-dessus, il est important de faire la moyenne des données sur la qualité de l'air sur des périodes plus longues. Cela signifie qu'il faudra peut-être quelques mois avant que nous puissions fournir une réponse plus claire sur les effets du confinement.

 

Pour plus d'informations

 

News image 1
News image legend 1
Smog à Beijing, stade national 'Birdsnest'.