Skip to main content

La recherche et les services publics dans la physique et la chimie de l’atmosphère de la Terre et des autres planètes, ainsi que de l’espace extra atmosphérique.

Lorsque de futurs astronautes exploreront les pôles de Mars, ils verront une lueur verte éclairer le ciel nocturne. La mission ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) de l'ESA a – et c’est une première- détecté une lueur nocturne dans l'atmosphère martienne. Sous un ciel dégagé, cette lueur pourrait être suffisamment brillante pour que les humains puissent la voir et que les rovers puissent naviguer dans les nuits sombres.

Pour la première fois dans l'histoire, la station de radioastronomie d'Humain ouvrira ses portes au public les samedi 9 et dimanche 10 septembre. Des scientifiques de l'IASB seront sur place pour vous parler de leurs observations et recherches sur la magnétosphère et la plasmasphère terrestres, ainsi que sur les météores (étoiles filantes) et ce qu'ils peuvent nous apprendre sur l'atmosphère terrestre, sur les comètes ou sur le système solaire.

L’Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique travaille actuellement sur un système optique innovant qui permettra de déterminer les concentrations des polluants contenant du soufre et de l'azote, ainsi que du CO2 dans les panaches de fumée des navires, et ce, dans un rayon d'environ 5 km autour de l'instrument de mesure.

Bruxelles, le 28 juin 2023 – Le système global du Service de Surveillance de l’Atmosphère (CAMS), qui fournit des analyses et des prévisions météorologiques journalières de la composition globale de l'atmosphère, a reçu hier une amélioration majeure. Désormais le système tient compte du détail des processus chimiques non seulement dans la troposphère (en-dessous de 10 km d’altitude) mais également dans la stratosphère, la région à plus haute altitude où se trouve la couche d'ozone.

Catalina Poraicu, chercheuse doctorante en modélisation atmosphérique à notre Institut, a été sélectionnée pour la quatrième édition de Soapbox Science Brussels 2023, un événement qui vise à mettre en contact direct les scientifiques et le public, à stimuler l'intérêt pour la recherche scientifique et à accroître la visibilité des chercheuses et chercheurs non binaires.

La sonde ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) a révélé comment le monoxyde de carbone, étrangement "léger", se forme dans l'atmosphère martienne. Cette découverte permet de mieux comprendre comment des matières contenant du carbone peuvent se former sur la planète rouge sans qu'il y ait de vie, et contribue à clarifier une découverte déconcertante faite par le rover Curiosity de la NASA l'année dernière.