Skip to main content

Aéronomie planétaire

L'IASB a acquis une longue expérience dans l'étude de l'état des atmosphères de nos planètes soeurs, Mars et Vénus.

L'étude de ces planètes semblables à la Terre, dont les atmosphères ont évolué vers des conditions différentes et extrêmes, constitue un élément essentiel de la compréhension du passé et de l'avenir de notre système climatique subtil.

L'IASB a pris une position de leader dans ce domaine avec le développement, le fonctionnement et le traitement de données de l'instrument NOMAD à bord de la mission européenne ExoMars.

Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter un nouveau film d'introduction, dans lequel l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique est présenté sous toutes ses facettes. Découvrez les nombreux domaines de recherche et les défis sociétaux dans lesquels l'Institut est actif
En combinant les observations de trois sondes spatiales internationales sur Mars (dont l'instrument NOMAD de l'IASB), les scientifiques ont pu montrer que les tempêtes de poussière régionales jouent un rôle énorme dans l'assèchement de la planète rouge.
De nouveaux résultats obtenus par le Trace Gas Orbiter de l’ESA-Roscosmos fixent de nouvelles limites supérieures à la quantité de méthane, d'éthane, d'éthylène et de phosphine présente dans l'atmosphère martienne - quatre gaz dits "biomarqueurs" qui sont des signes potentiels de vie.
L'IASB enverra un instrument vers Vénus. L'instrument VenSpec-H volera avec la mission EnVision, qui vient d'être sélectionnée par l'ESA et dont le lancement est prévu en 2031-2032.
Pour la première fois, un gaz jamais identifié sur Mars a été détecté par le satellite ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) de l'ESA-Roscosmos. Le sel marin incrusté dans la surface poussiéreuse de Mars ensuite emporté dans l'atmosphère de la planète a conduit à la découverte du chlorure d'hydrogène. TGO fournit également de nouvelles informations sur la façon dont Mars perd son eau.
Le tout nouveau projet RoadMap (ROle and impAct of Dust and clouds in the Martian AtmosPhere) vient de démarrer. Pendant trois ans, une équipe enthousiaste de scientifiques et d'ingénieurs de Belgique, du Danemark, d'Allemagne et d'Espagne va travailler ensemble pour élucider certains des mystères martiens restants.
L'Observatoire public Armand Pien de l'Université de Gand ouvre à nouveau ses portes au public aujourd'hui, et vous propose un programme scientifique à propos de la planète Mars: ne exposition, une soirée sur le thème de Mars et un cours en ligne sur 'la vie sur Mars'.
L'instrument NOMAD, développé à l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique et actuellement en orbite autour de Mars à bord du satellite ExoMars Trace Gas Orbiter de l'ESA, a détecté une lueur verte d'oxygène unique dans l'atmosphère entourant la planète rouge.
L'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique travaille sur une future mission de l'ESA vers Vénus, appelée EnVision. Le lancement d'EnVision est actuellement prévu pour 2032, et l’objectif de la mission sera d’étudier l'activité et les caractéristiques géologiques de Vénus, ainsi que leur influence sur l'atmosphère de la planète.
Les scientifiques belges peuvent détecter les météores et les météorites qui tombent en Belgique ou dans ses environs. Le Musée des sciences naturelles de Bruxelles possède six météorites qui sont tombées en Belgique.
Le rover Curiosity de la NASA a signalé la plus haute concentration de méthane jamais enregistrée. Cependant, ni Mars Express, ni l’ExoMars Trace Gas Orbiter de l’ESA n’ont détecté la moindre trace de méthane.
Le 10 avril 2019, la prestigieuse revue Nature publie deux articles décrivant les premiers résultats de l'instrument belge NOMAD à bord d'ExoMars Trace Gas Orbiter.