Skip to main content

Composition chimique et climat

Les changements dans le système terrestre induits par les activités humaines et leur impact sur la vie et l'environnement constituent sans doute le plus grand défi environnemental auquel nous sommes confrontés au XXIe siècle.

Afin d'informer les décideurs sur l'atténuation et l'adaptation au changement climatique, un suivi systématique de l'atmosphère et du système climatique global est nécessaire.

L'IASB est impliqué dans plusieurs programmes et projets internationaux importants, tels que:

  • Initiative de l'ESA sur le changement climatique (CCI)
  • Surveillance de l'atmosphère de Copernicus (CAMS)
  • Service des changements climatiques (C3S)
Des recherches, évaluées par des pairs et menées par de nombreux groupes indépendants dans le monde entier, dont l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique, ont présenté des preuves solides que les activités de l'homme sont la principale cause des changements climatiques rapides observés actuellement. Le GIEC a publié cette semaine une nouvelle synthèse de ces preuves et renouvelle l’urgence de ce message.
Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter un nouveau film d'introduction, dans lequel l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique est présenté sous toutes ses facettes. Découvrez les nombreux domaines de recherche et les défis sociétaux dans lesquels l'Institut est actif
Dans le nouveau documentaire de la BBC « Greta Thunberg : A Year to Change the World », Greta s'est entretenue avec des scientifiques du monde entier, dont la chercheuse spécialiste de l'atmosphère et du climat, le Dr Jenny Stavrakou, de l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique.
Dans la troposphère, l'augmentation du dioxyde de carbone entraîne un effet de réchauffement, tandis que dans la stratosphère et la mésosphère, elle provoque un effet de refroidissement.
Le taux d’acidité retrouvé dans les pluies dites acides peut être plus de dix fois supérieur à celui trouvé dans une eau de pluie non polluée. Ces pluies acides endommagent structures et bâtiments, mais surtout la végétation (par exemple, les cultures vivrières). Des scientifiques de l’IASB ont contribué à une étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs de l’ULB et du FZJ (Allemagne), qui révèle enfin le mécanisme de formation de l'acide formique.
Chercheurs ont mis en évidence l’existence d’une source majeure d’acide formique au-dessus des forêts boréales et tropicales, grâce à de nouvelles observations satellitaires
Les scientifiques de l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB) sont étroitement impliqués dans l'analyse des données et des techniques qui les sous-tendent, ainsi que dans la validation et le contrôle de la qualité des mesures. Enthousiasmés par les résultats, ils veulent profiter de l'occasion des « Trois ans de TROPOMI » pour fournir plus d'informations sur cette mission satellitaire et partager les résultats les plus intéressants.
L’IASB est impliqué dans la surveillance des aérosols volcaniques, fournissant des données de haute qualité à des bases de données centralisées comme le programme Copernicus, pour être, entre autres choses, intégrées dans les modèles climatologiques.
Le 21 mars est la Journée internationale des forêts, une occasion de célébrer et de nous sensibiliser à l'importance de tous les types de forêts. Les arbres émettent de l'isoprène, qui affecte fortement la chimie de l'atmosphère et le climat de la Terre. Les scientifiques de l'IASB cherchent à estimer la quantité d'isoprène émise, un élément important dans la modélisation du climat et la lutte contre le changement climatique.
Un scientifique de l'IASB fait partie des 2% des chercheurs les plus cités dans le monde, selon le classement international de l'Université de Stanford. Nous avons interviewé Jean-François Müller sur sa vie et sa carrière dans la recherche scientifique.
Interview avec Alexis Merlaud, scientifique de l'IASB, lors d'une expédition en Antarctique pour mesurer les aérosols à la station polaire Princesse Elisabeth.
Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique est très profond cette année, en raison des températures exceptionnellement froides dans la stratosphère.
L'IASB a publié un article dans la revue Nature Geoscience, présentant la première détection non ambiguë d'acide nitreux provenant de feux de forêt.
Une étude de synthèse d'ICOS décrivant l'empreinte de la sécheresse de l'été 2018 en Europe au moyen de mesures du CO2.
Le ciel est-il plus clair et plus bleu depuis le début du confinement ? Pour répondre à la question, notre scientifique, Christine Bingen, explique d'où vient la couleur du ciel.